Comment devenir moine

 “A mesure que l’on progresse dans la vie religieuse et la foi, le cœur se dilate et l'on court sur la voie des commandements de Dieu avec une douceur d'amour inexprimable” 
 - du prologue de la Règle de Saint Benoît -

 

Le mode de vie cistercien

Le mode de vie dans l’ordre cistercien de la stricte observance : c’est est une vie entièrement consacrée à Dieu dans un cadre contemplatif. C’est une vie de communion fraternelle, de solitude et de silence, de prière et de travail. Le mode de vie cistercien est cénobitique. Les moines cisterciens vivent en communauté dans un lieu stable où ils cherchent Dieu et suivent le Christ sous une Règle et un abbé. La communauté cistercienne veut être une école d’amour fraternel. Le Christ est formé dans le cœur des moines par la liturgie, le travail, et la vie fraternelle.

Purification des motivations

Celui qui veut devenir moine suit la voix de son cœur. Des motivations diverses conduisent une personne à la porte du monastère. Il s’agit parfois d’une fuite du monde ou d’une recherche de plus d’intériorité. Dans tous les cas il s’agit d’un processus qui demande à être clarifié, éclairé et purifié. Au Monastère, le maître des novices est responsable de la formation pour accompagner ce processus de purification.  C’est lui qui aide à discerner l’œuvre de Dieu dans la vie du candidat. C’est pourquoi il est nécessaire qu’une relation de confiance s’établisse entre le candidat et son maître des novices.  Un test psychologique avant l’entrée peut être utile. 

Premier contact

Dans un premier entretien le candidat adresse sa demande au maître des novices. Il donne un aperçu franc et honnête de son histoire.  Il est bien sûr important que le candidat ne passe pas sous silence ou n’élude des éléments qui peuvent clarifier son désir. En fonction de ce premier entretien, la suite d’un parcours éventuel sera établie en concertation. Il pourrait arriver que le maître des novices conseille au candidat de clarifier des éléments du passé dans un cadre thérapeutique, ou de donner priorité à quelques sujets inachevés.

Avez-vous des questions sur la vocation? Voulez-vous un entretien sur ce qui est possible? Contactez notre responsable de la formation et notre maître des novices frère Samuel (br_samuel@abdijwestmalle.be)

 

1. Stage dans la communauté

Quand il y aura une maturité suffisante, le maître des novices invitera le candidat à passer quelques jours à l’hôtellerie. Le candidat pourra d’abord faire l’expérience du rythme de la journée monastique. Il sera ainsi possible de faire mutuellement plus ample connaissance. L’étape suivante de ce parcours consiste en un plus long séjour en communauté, où le candidat suit les cours avec le groupe du noviciat, travaille et prie avec la communauté. Ainsi il apprend à connaître de l’intérieur la vie cistercienne et tisse progressivement un lien de confiance avec la communauté. Durant son séjour il aura plusieurs entretiens avec le maître des novices. 

2. Entrée à l’abbaye

Si le désir de devenir moine continue à mûrir et à croître et si le candidat dispose réellement d’une maturité émotionnelle et psychique suffisante, alors, une date d’entrée est fixée en concertation. Le jour de l’entrée commence le postulat. Un arrangement est pris pour l’usage ou le non usage des biens du candidat, qui restent en principe sa propriété. Le postulat est un temps d’initiation, de lente familiarisation avec la vie cistercienne. La prière, le travail, la liturgie et la lectio divina ont une place centrale. Le maître des novices aide à surmonter les difficultés propres à la période de prise de distance physique et émotionnelle par rapport aux activités et aux relations sociales, qui constituaient auparavant une partie importante de la vie. Le postulat dure généralement de quatre à cinq mois, en fonction de la croissance personnelle. A la fin de cette période a lieu une évaluation où le désir du postulant de poursuivre dans cette voie est examiné.  

postulant.jpg

3. Noviciat

Si la joie du choix posé demeure et si le candidat manifeste de l’équilibre, il peut commencer le noviciat. Lors d’une petite cérémonie dans la salle du chapitre, il se dépouille symboliquement des vêtements qu’il portait dans le monde et reçoit l’habit blanc des cisterciens: tunique, scapulaire, ceinture et chape. A ce moment-là il reçoit aussi, la plupart du temps, un nouveau nom, en signe de sa conversion.

large_tijdelijke_professie_1.jpglarge_tijdelijke_professie_2.jpglarge_tijdelijke_professie_3.jpg

A partir de ce moment commence le noviciat canonique. C’est une période d’assimilation personnelle de la vie cistercienne. Par la prière, l’ascèse, la croissance dans la connaissance de soi-même, et par la participation à la vie commune, les novices acquièrent une expérience personnelle plus profonde de la vie cistercienne. Les novices reçoivent chaque jour une heure de cours et ont un entretien avec le maître des novices une fois par semaine. Les sujets du programme d’étude sont :  la Règle de Saint Benoît, l’histoire et la spiritualité cisterciennes, les psaumes, la liturgie, l’Ecriture Sainte, la tradition monastique etc. Il y a aussi des semaines de formation, au niveau régional, avec des jeunes moines et moniales d’autres abbayes de tradition bénédictine des Flandres et des Pays-Bas. Le noviciat dure deux ans.

4. Profession temporaire

A la fin du noviciat, le novice demande de s’engager explicitement dans la communauté en prononçant des vœux temporaires. Cet engagement pour un an peut être renouvelé trois fois.  Ces trois ans de profession temporaire peuvent être prolongés de six ans maximum. Par l’émission de ses vœux temporaires le nouveau frère exprime son désir de continuer à grandir dans la vie monastique. Une nouvelle phase commence. Il reçoit de petites responsabilités au sein de la communauté et quitte le noviciat. Il peut éventuellement, à ce moment-là, s’orienter davantage vers des études philosophiques et théologiques s’il a la capacité et le désir de devenir prêtre. Ces études peuvent aussi commencer plus tard. 

5. Profession solennelle

Après au moins trois ans de profession temporaire, le frère peut demander à l’abbé de prononcer ses vœux solennels. Il se lie alors définitivement à la communauté, à ce lieu et à l’ordre de Cîteaux. Cette profession solennelle n’est pas le point d’aboutissement du trajet de la formation mais un début. Devenir moine est un processus de croissance qui dure toute la vie. Lors d’une célébration solennelle le jeune profès recevra la consécration monastique et prononcera devant Dieu et devant l’abbé les trois vœux d’obéissance, de stabilité et de mode de vie monastique. A partir de ce moment, le frère fait partie du chapitre conventuel des frères profès solennels avec (droit de vote) voix active et passive. Il reçoit désormais à l’abbaye une tâche spécifique dont il rendra compte à l’abbé.  Il continuera à se laisser former par la lecture et l’étude personnelles, par les joies et les peines de la vie communautaire et par la pratique de la prière intérieure. 

plechtige_professie_1.jpgplechtige_professie_2.jpgplechtige_professie_3.jpg

site by Intracto